Les vampires de Manhattan

deudeu 22 novembre 2012 1
Les vampires de Manhattan

Auteur : Melissa DE LA CRUZ
Edition : Le livre de poche
Série : Jeunes adultes
Num : N°1527

Quatrième de couverture

Snobs et branchés, Mimi et son frère sont les étudiants les plus glamours du très chic lycée Duchesne, à New York. Theodora cultive plutôt un look « vintage », alors pourquoi un garçon aussi populaire s’intéresserait-il à elle ? Y a-t-il un rapport avec Aggie, une élève retrouvée morte, vidée de son sang ? Theodora est déterminée à le découvrir quand apparaît sur sa peau un entrelacs de veines bleutées qui lui glace le sang.

Le sujet

Dans le cercle fermé de la jeunesse dorée de Manhattan, évoluent des garçons et des filles magnifiques, branchés et snobs. Quand Aggie, élève du très select lycée Duchesne est découverte morte, vidée de son sang, le cours de la vie dans ce microcosme semble se dérégler. D’étranges symptômes alertent les élèves : ils sont hors du commun. Grâce à leurs aînés ils découvrent leur nature de « sang-bleus » et les codes qui régissent cette famille. Théodora aidée de ses amis enquête sur la mort de la jeune fille et comprend que certains d’entre eux bafouent les lois et mettent la survie de cette ancienne lignée en péril. Parviendront-ils à se protéger du danger qui les assaille ?

Commentaire trouvé sur Amazon

Ce premier volume de la nouvelle trilogie de Melissa de la Cruz réunit les ingrédients du succès auprès de la jeunesse. Le milieu des lycéens est porteur, l’intrigue est bien menée. Qui a tué Aggie ? Le suspense est entretenu jusqu’à la fin. Les personnages bien campés sont enveloppés d’un halo de mystère captivant. Toutefois l’explication par l’auteur de la nature divine des vampires qui traverseraient plusieurs vies dans le but de se faire pardonner par Dieu est douteuse et superflue. Divisé en 44 chapitres sans titre, le texte, d’un style très facile, utilise les expressions des adolescents avec de rares grossièretés. La nature des relations entre ces jouvenceaux qui s’éveillent à leur libido particulière destine l’ouvrage aux lecteurs lycéens. La fin du roman livre l’intrigue de la trilogie : les « sang-bleus » viendront-ils à bout des « sang-d’argent »? Le suspense est intense…

Ma critique

J’avoue tout de suite : je n’ai pas fini le livre. C’était trop prise de tête et depuis j’ai un peu oublié de quoi cela parlait. Tout ce que je me rappelle, c’est que c’était super lourd à lire et insipide à mort. L’auteur décrit les fringues et le maquillage de tout le monde. On sent qu’elle veut plaire aux jeunes filles mais pour ma part, garçon que je suis, ça ne me touche pas du tout et au contraire, ça me fait fuir. Le pire c’est que ce livre est le début d’une longue série. Mais tous les goûts sont dans la nature et peut-être qu’un jour j’arriverais à terminer ce livre.

Un commentaire »

  1. vampirella 10 décembre 2012 à 2 h 42 min - Reply

    Ce livre est assez léger pour les amateurs de vampires purs et durs. C’est vraiment pour jeunes-adultes. Cela se lit rapidement et sans tracas. Le style est fluide et l’écriture est dans un caractère assez gros donc malgré la grosseur de ce tome on passe vite à travers. J’ai trouvé cela très peu accrochant pour une adulte de plus de 30 ans comme moi. Les personnages sont de jeunes ados et c’est leur vie qui est décrite avec les tracas du lycée, les premiers amours, les sorties en boîte et les guerres de pouvoirs entre ados populaires. Rien de vraiment près de nous si nous avons plus de 20 ans. Je me suis donc arrêtée au premier tome.

Laisser une réponse »

*